Quand on fait de la merde, c’est pour une bonne raison